Constellations – Points de Repères

Constellations – Points de Repères

  1. Essais de définitions
  2. Quelles indications ?
  3. Quand en faire dans sa vie 
  4. Qu’en attendre ?
  5. Quels risques comporte la technique ?
  6. Comment accompagner le travail entrepris ?
  7. Me contacter ?
1- Essais de définitions

La technique des constellations familiales s’inscrit dans le champ général de la psycho généalogie, qui est l’objet de toutes sortes d’approches, des plus scientifiques et médicales aux plus empiriques, l’idée étant d’étudier les influences de notre généalogie sur nos comportements psychologiques.

Il existe de nombreuses variantes de ce travail, soit en individuel avec un thérapeute, soit en travail de groupe.  L’idée est toujours de mettre à jour des faits oubliés, cachés, dissimulés volontairement qui ont provoqué chez les témoins des souffrances non intégrées psychiquement et/ou corporellement. Celles-ci agissent ensuite comme autant  de charges qui perturbent la vie des descendants, à l’insu de ceux-ci et parfois sur de fort longues durées. 

Pour ce qui me concerne, je pratique ce travail uniquement en groupe, en raison des multiples avantages collatéraux que cela présente, en termes de relativisation de ses propres difficultés comme d’amplification des capacités de tolérance de chacun, envers autrui et lui-même.

Sans entrer dans le détail  d’une pratique qui se vit avant tout, et ne se raconte que très difficilement, on organise une mise en scène du système familial de celui qui fait sa constellation et on observe tout ce qui se passe. Se dévoilent alors une multitude d’informations que l’on organisera autant que possible afin de les rendre utilisables par le client.

2- Quelles indications ?

On peut utilement penser psycho généalogie dans de nombreux cas :

  • Répétitions d’événements  graves affectant plusieurs générations successives : suicides, morts jeunes, fausses couches, phobies familiales, échecs scolaires répétitifs, maladies graves et/ou précoces, ….
  • Sensation de ne pas maîtriser sa vie mais d’être agi par elle,
  • Rapports conflictuels dans les fratries,
  • Rapports conflictuels insolubles dans le couple,
  • Troubles de comportement identifiés dont on n’arrive pas à se défaire malgré ses efforts,
  • Sensation qu’on vous a caché des choses importantes de votre histoire,
  • Histoires familiales malmenées par les guerres,  exodes,  génocides
  • Histoires familiales lacunaires : parent inconnus, décédés,
  • Conflit social, professionnel dont la survenue dans notre vie interpelle et dont les tenants et aboutissements résistent à l’analyse

Toutes ces difficultés sont autant de symptômes à considérer comme les parties émergées d’un iceberg, lesquelles représentent seulement 10 % de son volume… Autant de choses que nous ne voyons ou ne savons pas…

Le travail de constellation s’apparente à la recherche des causes liées à ces symptômes.  On cherche à désamorcer énergétiquement  à son origine le système producteur de ces effets indésirables.

En se polarisant sur un sujet, on va alors partir à la recherche des informations en résonnance avec celui-ci, comme on chercherait une station de radio sur la bande FM.

Comme à la radio, lorsqu’on parvient sur la bonne fréquence, on a le son…

3- Quand en faire dans sa vie ?

Mon expérience me conduit à penser que cette technique s’applique plutôt à des adultes plus tout à fait jeunes : une certaine maturité, un certain regard critique réflexif sur ce qui nous arrive seront des conditions plus favorables à cet exercice.

Evidemment il y a des exceptions.

Un autre moment bien choisi sera lors d’un parcours de développement personnel, lorsque l’information sur cette technique vous viendra aux oreilles : sur le Chemin, le hasard n’existe pas, tous les pèlerins du monde vous le confirmeront.

Et bien sûr lorsque des coups durs nous obligent à nous questionner sur qui nous sommes et ce que nous faisons…

4- Qu’en attendre ?

Premièrement, sauf exception, pas d’effet immédiats.  Il faut tout à la fois le temps d’intégrer les nouvelles données, et admettre que le système qui a été exploré va répondre à un rythme que personnellement je ne sais pas définir à l’avance.  De fait, on va observer des modifications tant chez soi que dans le système au bout de quelques jours parfois, plus souvent semaines, et cela va continuer durant quelques mois.  Il peut falloir selon les individus jusqu’à une année pour vraiment intégrer ce qui a été vécu.

La plupart du temps,  on se sent notoirement soulagé, et nos relations avec notre environnement concerné par la constellation s’améliorent très nettement.

L’effet obtenu est durable, il y a bien souvent un avant et un après la constellation.

Beaucoup de témoignages vont dans le sens d’un accroissement de la sensation de liberté de chacun.

5- Quels risques comporte la technique ?

Si l’on ne vous a pas forcé la main pour entreprendre ce travail, si vous êtes de bonne foi dans votre démarche, si vous n’êtes pas là pour prendre un cachet d’aspirine, à mon sens cette technique comporte assez peu de risques.

Le plus évident  est celui de l’information dévoilée difficile à digérer. 

C’est là que le travail en groupe prend tout son sens : durant les trois jours que durent les stages, vous allez baigner dans une ambiance bienveillante et attentive, et vous aurez, outre le ou les animateurs, des compagnons  pour vous soutenir si nécessaire.

D’autres praticiens travaillent différemment et n’offrent pas ce confort là.

L’autre risque majeur est celui de la manipulation de la recherche par le constellateur.

Là encore, le travail de groupe tel qu’il est pratiqué atténue considérablement ce risque, puisque chacun à tout moment construit la validation de ce qui se déroule et peut (et doit) signaler que quelque chose ne va pas. 

6- Comment accompagner le travail entrepris ?

Le but de la manœuvre est d’intégrer (corporellement, émotionnellement, psychologiquement et mentalement) au mieux et au plus vite  ce qui aura été mis à jour. 

Ce processus est plus ou moins facile pour chacun, plus ou moins rapide aussi. Nous sommes très inégaux dans notre aptitude à sa réalisation.

Il sera dans tous les cas facilité par une pratique corporelle régulière (yoga, do in, tai chi, chi kong, marche avec respirations conscientes, …)  ou bien par la réception de massages  dans les semaines suivant la constellation. Tout ce qui favorisera l’ancrage (1) sera bienvenu, car il est le garant du processus d’intégration.

Ceux quoi me connaissent savent aussi que ce processus peut être optimisé par un suivi thérapeutique et énergétique personnalisé, assuré par moi-même ou un autre thérapeute.  Si celui-ci est respectueux, il n’y a pas de risque d’interférence.

Bien évidemment, ceux qui travaillent sur eux depuis longtemps sauront intégrer ces nouveaux éléments dans leur puzzle personnel  et résoudront bien souvent des assemblages jusqu’alors incohérents dans leur vie.

(1) Il est fait référence ici à la notion  de circulation énergétique fondamentale ciel –terre ,  capitale pour vivre correctement notre vie terrestre, et dont on observe de plus en plus fréquemment dans notre société moderne que la prise au sol , pôle terre, est déficiente.

7- Me contacter ?

Vous pourrez me joindre :

soit par mail : ymourre@yahoo.fr

soit par téléphone: 06 70 43 17 35

pour tout complément d’information sur ce sujet , ou apporter témoignages ou contradictions.

Les commentaires sont fermés.